Dans le Parc en toute sécurité
Portez toujours un masque, respectez les distances et adoptez des mesures d'autoprotection pour contenir l'épidémie du virus Covid-19.
Respectez toujours la nature, jeter le masque et les dispositifs de protection individuelle dans la collecte non triée. Leur dispersion dans l'environnement représente une véritable menace pour les écosystèmes.
Logo du parc
Partager
Home » Nature et territoire » Parc National » Biodiversité » Environnement naturel

Les forêts mixtes

Les forêts mixtes, composées de différentes espèces de conifères et de feuillus, sont les formations forestières les plus répandues dans le Parc national, dont la composition varie en fonction de l'altitude et de l'exposition des pentes.
Dans les régions plus chaudes et moins élevées, prédominent le Charmille noir (Ostrya carpinifolia L.), le Chêne pubescent (Quercus pubescens Willd.), l'Orne (Fraxinus ornus L.) ; le long des crêtes plus ensoleillées domine le Pin maritime (Pinus pinaster Aiton; plus haut et au nord, où l'humidité est plus élevée et la température plus basse, le Châtaignier (Castanea sativa Miller) et le Chêne chevelu (Quercus cerris L.) forment des forêts presque pures.
Dans l'ensemble, elles forment un environnement varié et complexe, changeant au fil des saisons, en raison du changement du feuillage et de la transparence à la lumière des couronnes, nues en hiver et buissonnantes en été. Les mousses, les fougères et les lichens recouvrent les roches et les écorces ; les herbes et les arbustes enrichissent la flore.
A l'intérieur vivent des ongulés (sangliers et chevreuils), des renards, des blaireaux, des écureuils, des belettes et des fouines ; parmi les branches et dans les troncs se réfugient des autours des palombes, des chouettes hulottes, des chouettes, des pics, des loirs ; sur le sol des souris et des campagnols d'eau creusent des tunnels ; partout les insectes se déplacent.
Le bois, les fruits, les produits du sous-bois ont constitué une importante source de revenus pour l'économie locale ; c'est pourquoi les Municipalités de Monterosso et de Vernazza, dont le territoire boisé s'étend aussi dans le bassin du fleuve Vara, ont bénéficié au cours des siècles passés de plus de ressources que Riomaggiore, dont les frontières ne dépassent pas le bassin versant.
On peut s'offrir une excursion de montagne avec vue sur la mer, dans la fraîcheur des forêts mixtes, le long de l'Alta Via delle 5 Terre et des chemins qui relient l'intérieur. (Photo)

Le Châtaignier (Castanea sativa Miller)
C'est un arbre massif appartenant à la famille des Fagacées, qui peut atteindre 30 m de hauteur, 20 m de circonférence et des milliers d'années. Il s'agit d'un feuillu caduc, au feuillage étendu et arrondi ; la tige en colonne a une écorce lisse quand elle est jeune, puis épaisse et fissurée à maturité ; les feuilles, alternes et coriaces, ont une grande lamelle et une forme lancéolée ; les fruits jaune pâle sont unies en inflorescences pendantes (chatons) ; le fruit, la châtaigne, est enfermée dans un revêtement épineux, la bogue. Il peut se reproduire à la fois par graines et par l'émission de nouvelles tiges à partir de la souche, de sorte qu'il peut être exploité pour la production de bois de différente taille. Les châtaigniers, des taillis pour en obtenir du bois, et à fruit pour produire de la farine, ont constitué la principale économie pour de nombreuses populations de montagne et ont déterminé l'expansion du châtaignier, qui peut former des forêts pures d'origine anthropique ou se mélanger à des chênes et à des charmilles pour former des forêts mixtes mésophiles. Le châtaignier préfère les sols profonds, neutres ou modérément acides et le climat frais et humide de la plaine de montagne, entre 600 et 1 300 mètres d'altitude, où il caractérise la ceinture phytoclimatique de Castanetum. Il présente une distribution circum-méditerranéenne, s'étendant de la péninsule ibérique à la région du Caucase. Juste à l'extérieur des limites du Parc National, dans la localité d'Isola, que l'on peut atteindre en suivant le sentier n° 551, il y a un châtaignier monumental de 20 m de haut, avec une circonférence de 470 cm et plus de 300 ans.
(Accédez à la Galerie de photos)

Les Champignons
Les champignons ou mycètes sont insérés dans un Royaume, qui comprend aussi les levures et les moisissures. Ce sont des organismes unicellulaires et multi-cellulaires sans tissus différenciés, sans chlorophylle, incapables de synthétiser des nutriments et donc ayant besoin de substances organiques déjà traitées. Contrairement aux plantes et aux animaux, ils ne se reproduisent pas au moyen d'un stade embryonnaire, mais par des spores. Ils sont dépourvus de tige, de racines, de feuilles et d'un système vasculaire conducteur de lymphe ; ils sont formés par le mycélium, un ensemble de filaments très fins, appelés hyphes. On appelle « champignon » le sporophore, c'est-à-dire le corps fructifère du mycélium, qui porte les spores, et « champignons de forêt » les macromycètes épigés, dont le corps fructifère se développe au-dessus du sol. Ils contiennent de 85 à 90 % d'eau et, par conséquent, l'humidité atmosphérique et la pluie sont déterminantes. Dans l'écosystème naturel, les champignons ont la fonction irremplaçable de transformer la matière organique produites par d'autres organismes, plantes et animaux, en empêchant ainsi son accumulation. S'ils se développent aux dépens d'un organisme vivant, ils sont définis comme des parasites, s'ils se nourrissent exclusivement de matière organique morte, ils sont appelés saprophytes, en tout cas leur appareil enzymatique leur permet de briser des structures complexes, autrement inaltérées, et de retourner au sol, sous forme d'humus, des composés assimilables par les plantes, permettant le renouvellement de la forêt.
(Accédez à la Galerie de photos)

Les Lichens
Ce sont des organes symbiotiques, résultat de l'association de deux organismes plus simples : un champignon et une algue. La symbiose entre les deux organismes est nécessaire à leur survie car le champignon qui le compose absorbe les nutriments du substrat qui sont ensuite traités, au moyen de la photosynthèse chlorophyllienne, par l'individu autotrophe, puis par l'algue. Ainsi, les deux symbiotes coexistent en profitant l'un de l'autre : l'algue obtient des sels minéraux, de l'eau et une protection contre le champignon ; le champignon, quant à lui, une fois la photosynthèse effectuée, se nourrit des composés organiques produits et mis à disposition. Cette association permet la diffusion des lichens dans des environnements très hostiles, avec des conditions souvent même extrêmes, sur des surfaces apparemment pauvres en nutriments et exposées aux agents atmosphériques. Les lichens sont également étudiés pour leur capacité d'absorption, en particulier des métaux présents dans l'air ; ils sont donc des bio-indicateurs, en analysant leurs tissus on peut en fait retracer la concentration des polluants dans l'atmosphère.
(Accédez à la Galerie de photos)

Silvia Olivari

Forêt mixte de feuillus
Forêt mixte de feuillus
(photo par: Silvia Olivari)
  Forêts mixtes de conifères et de feuillus - bassin versant des Cinque Terre
Forêts mixtes de conifères et de feuillus - bassin versant des Cinque Terre
(photo par: Silvia Olivari)
 (photo par : Silvia Olivari)
(photo par : Silvia Olivari)
(photo par: Silvia Olivari)
Champignons | Pseudoinonotus dryadeus = Inonotus dryadeus (Pers.) T. Wagner & M. Fisch | Madonna di Reggio Vernazza
Champignons | Pseudoinonotus dryadeus = Inonotus dryadeus (Pers.) T. Wagner & M. Fisch | Madonna di Reggio Vernazza
(photo par: Silvia Olivari)
Mousses et lichens sur une roche
Mousses et lichens sur une roche
(photo par: Silvia Olivari)
Vuoi inviare una segnalazione di inaccessibilità di questo sito web?Invia segnalazione
© 2021 Parco Nazionale delle Cinque Terre
Via Discovolo snc - c/o Stazione Manarola
19017 Riomaggiore (SP) - CF 01094790118
Tel. +39 0187/762600 - Fax +39 0187/760040
E-mail: info@parconazionale5terre.it
PEC: pec@pec.parconazionale5terre.it
DNVEMASPagoPA
Ministero dell'Ambiente e della Tutela del Territorio e del Mare
Suivez-nous sur :